LE FRÈRE ET LE SCOUT (LIBAN)

LE FRÈRE ET LE SCOUT (LIBAN)

On m’a demandé de décrire le rôle du Frère des Ecoles Chrétienne comme accompagnateur spirituel des Scouts. L’intuition profonde de Baden-Powell était de situer l’espace de la relation à Dieu au cœur même de la proposition scoute. Il n’y a pas de séparation entre la vie scoute et la vie spirituelle. La vie spirituelle va unifier l’ensemble des activités, à tous les âges. Le Frère incarne ses valeurs lasalliennes dans le scoutisme, relier le spirituel aux activités vécues par le Scout. Durant de nombreuses années, la tradition du mouvement était de déléguer la responsabilité de l’éducation spirituelle à l’aumônier mais tous contribuent à l’animation spirituelle. «L’aumônier, les chefs et cheftaines ont “charge d’âmes”» cela fait écho aux écrits de notre fondateur, St Jean-Baptiste De La Salle « Les Frères sont responsables de procurer le salut des enfants qui leur sont confiés »

Le Frère participe à une dimension essentielle du scoutisme : la fraternité. Il vit avec les scouts l’aventure et les différentes étapes d’évolution : camps, sorties, les réunions du samedi, préparation à la promesse, 1ère veille, départs, Badge Ami de Dieu… « Le scout est l’ami de tous et le frère de tout autre scout », le scoutisme n’est donc pas un lieu de conflit, mais de paix. Le Frère est frère de tous les scouts et il contribue ainsi à l’avènement du Royaume au milieu des jeunes et des enfants.

Le scoutisme est une pédagogie active par l’exemple et c’est le cœur de la mission du Frère.
Ici, la pédagogie scoute, avec la dimension du jeu et de la vie fraternelle, devient en effet un élément moteur, car elle permet de faire passer l’expérience chrétienne de la parole aux actes. « Entre 13 et 16 ans, c’est l’âge où l’on devient étanche aux discours, mais où l’on est prêt à suivre quelqu’un, pourvu que ce soit quelqu’un de valeur. Les jeunes font confiance à leur chef de patrouille et, dans cette relation de confiance, l’aîné peut faire vivre un témoignage de foi. Car, s’il est vrai dans sa relation à Dieu, les jeunes vont vite sentir qu’il se vit quelque chose.

Le scoutisme bien avant Vatican II, il a mis en avant le rôle du laïc qui met en œuvre sa vocation de baptisé dans l’éducation des jeunes. Le Frère avec le Chef et la Cheftaine vivent cette vocation.

Bien sûr, le scoutisme ne prétend remplacer ni la famille ni la catéchèse. Même si la formule peut paraître désuète, le fait que les chefs et cheftaines ont “charge d’âmes” est une mission noble qui reste actuelle.

Frère Jean-Claude Abou-Atmé
http://www.lasalle-po.org

This post is also available in: es fr it

Share This Post