Frère Schieler dans les écoles de Rome « Laics et frères, une passion éducative commune, prémisse d’un futur »

Frère Schieler dans les écoles de Rome « Laics et frères, une passion éducative commune, prémisse d’un futur »

Voici les étapes romaines de la visite pastorale du Supérieur général : le 22 janvier,  Institut Pie XII, le matin ; l’après-midi à l’école Colle La Salle ; mardi 23 à De Merode, Place d’Espagne et l’Institut de Villa Flaminia. Des milliers d’enfants se sont rassemblés, des centaines d’enseignants, puis des familles et du personnel auxiliaire pour rencontrer le Supérieur.

« Nous sommes dans 80 pays dans le monde, une grande force pour le bien et vous êtes les seul à la faire avancer » souligne le Supérieur dans son dialogue avec les étudiants des classes supérieures de l’Institut De Merode. « Je vois de l’espoir et de l’avenir, des relations solides entre les personnes et partout dans le monde, même si je ne comprends pas la langue, je m’y sens chez moi. Cela signifie être Lasallien pour moi ». Et puis la pertinence du charisme né au XVIe siècle :  « l’idée d’amitié, de relations authentiques entre les enseignants et les étudiants, est notre point fort avec la communauté. Dans nos écoles en Turquie, en Égypte, en Amérique, en Irlande, il y a plus de similitudes que de différences: les étudiants parlent comme vous, sont engagés dans les services sociaux, font du bénévolat. En tant qu’étudiant, je suis entré dans une école lasallienne. Je n’aurais jamais imaginé mon avenir ».

L’invitation, donc, à « être présent aux côtés des autres, reconnaître leur dignité, ne pas rester à la surface, aller au fond, se demander ce que je peux faire pour ceux qui n’ont pas de conditions de vie dignes ». Rencontre fut intense avec les gars du collège De Merode impliqués dans  différents projets de volontariat. « Ils sont 25 % des étudiants fréquentant l’Institut » explique le prof. Andrea Sicignano, référent pour les différentes initiatives. « Nous avons compris que nous devons être à la tête du changement que nous voulons », explique Rosanna, en racontant son engagement dans le mouvement de la jeunesse lasallienne qui a organisé cette année une journée de paix à l’école. « Nous apprenons ici non seulement des compétences mais aussi de l’humanité ». Puis suivent  les témoignages et les photos des garçons impliqués dans des expériences de service : l’école de la deuxième chance de Scampia, après l’école à Torre Angela et l’école de Barbiana, de la distribution de vêtements et de la nourriture aux sans-abri, à la coopération avec Caritas, le théâtre avec les enfants handicapés de l’Institut Vaccari. Jusqu’au voyage en Amérique, un peu à contre-courant, où l’étude et le service sont un « apprentissage à ne pas s’arrêter à regarder mais à comprendre qui s’assoit à côté de toi. Ouvrir le cœur, apprécier ce que nous avons, partager, considérer ces opportunités – aussi simples soient-elles –de changer nos vies, les nôtres et les autres » comme le racontent de nombreuses voix.

A San Giuseppe encore les remerciements à l’Association des parents « pour l’implication constante des familles – qui a donné lieu, entre autres, à une chorale qui a recueilli des fonds pour l’école lasallienne Scampia – pour attention donnée à la justice et aux valeurs, pour le climat serein et positif  » ; sans oublier l’Association San Vincenzo, active depuis 35 ans à De Merode, avec les anciens étudiants,« les bras laïcs des Frères dans le monde ». « Il faut recueillir ces témoignages » telle a été l’exhortation du Fr. Schieler. « Vous avez partagé le changement qui s’est produit en vous. Un processus comportant des risques : lorsque vous commencez une expérience de bénévolat, vous ne savez jamais où cela vous mènera. Être pour les autres, ce n’est pas faire quelque chose de simple et de libre, mais donner un merveilleux témoignage de l’Évangile ».
A la Villa Flaminia l’accueil festif sur les fameux gradins de l’entrée, puis la visite des différentes réalités. « Notre école ? C’est une seconde famille », racontent les élèves du primaire, 450, avec 40 enseignants coordonnés par Fr. Salvatore Santoro, le seul Frère dabs l’école primaire. « C’est un aspect particulièrement frappant de cette collaboration, et le partage de la mission éducative entre Frères et laïcs que le Supérieur perçoit comme un grand potentiel de croissance pour le présent et l’avenir de la réalité lasallienne en Italie », dit le Frère Achille Buccella Provincial d’Italie. La visite à « la table pour les pauvres » où chaque jour environ 120 repas chauds et sacs à provisions sont distribués aux parents, étudiants et enseignants  qui se trouvent en difficulté et où les garçons l’après-midi offrent un service gratuit après l’école aux enfants du quartier.

« La visite pastorale » explique le Fr. Robert « est pour moi l’occasion de voir comment l’éducation lasallienne. Le futur ? Il offre plus d’opportunités que de défis. Partout je perçois le même esprit et je vois des hommes et des femmes pleins de passion éducative ».

Laura Galimberti www.lasalleitalia.net
Adapté du texte original par Ilaria Iadeluca – Servizio Comunicazioni Istituto Fratelli delle Scuole Cristiane (Roma)

 

 

This post is also available in: es en it

Share This Post