Bienheureux Scubilion Rousseau

Jeune homme chrétien, Jean-Bernard Rousseau fait le catéchisme dans son village natal de Bourgogne, France, quand on lui présente les Frères qui viennent d’ouvrir une école dans une ville voisine. Il entre au noviciat de Paris en 1822. Après dix années d’enseignement dans des écoles élémentaires, en France, le Frère Scubilion quitte la France en 1833 pour consacrer les trente-quatre années qui lui restent aux esclaves de l’île de la Réunion dans l’Océan Indien.

On l’appelle le « catéchiste des esclaves », il inaugure des classes du soir pour eux, ils y viennent en grand nombre, même après une longue journée de travail épuisant. Il invente des programmes et des techniques spécialement adaptés à leurs besoins et à leurs capacités, de façon à leur apprendre l’essentiel de la doctrine et de la morale chrétiennes et les préparer à recevoir les sacrements. Il se les attache par ses manières aimables et pleines de respect pour eux. Après l’émancipation des esclaves, en 1848, il continue à s’occuper d’eux et à les aider à s’adapter à leur vie nouvelle de liberté et de responsabilité.

Pendant les dernières années de sa vie, malgré une santé chancelante, il assiste le clergé local lorsqu’il rend visite aux malades, gagnant les pécheurs, encourageant les vocations et même effectuant ce qui paraît des guérisons miraculeuses. À sa mort il est vénéré partout dans l’île comme un saint.

Né à Annay la-Côte, France, le 21 mars 1797
Entré au noviciat le 24 décembre 1822
Mort sur l’île de la Réunion, le 13 avril 1867
Béatifié le 2 mai 1989


This post is also available in: es en it