Saint Salomon Leclercq

Après le renversement de la monarchie au début de la Révolution Française, la cible suivante fut l’Église. En 1790, la Constitution civile du Clergé donna à l’État le contrôle sur l’Église de France. Les prêtres et les religieux devaient prêter serment de fidélité à la Constitution sous peine d’exil, d’emprisonnement et même de mort. La plupart des Frères refusèrent et durent abandonner leurs écoles et leurs communautés et se cacher, l’Institut n’ayant plus de statut légal.

Le Frère Salomon était à l’époque secrétaire du Frère Agathon, Supérieur général, après avoir été enseignant, directeur, économe. Il manifesta toujours un grand amour pour les âmes et un grand dévouement à ses tâches. Ayant refusé de prêter le serment il vivait seul à Paris dans la clandestinité. Il nous reste de lui de nombreuses lettres qu’il écrivit à sa famille. La toute dernière est datée du 15 août 1792. Ce même jour, il fut arrêté et enfermé au Couvent des Carmes devenu prison, avec de nombreux évêques, prêtres et religieux. Le 2 septembre, la presque totalité des prisonniers fut massacrée à coups d’épées dans les locaux et le jardin du couvent. Il fut béatifié le 17 octobre 1926, avec 188 de ses compagnons de martyre. Il fut le premier de nos Frères martyrs et aussi le premier béatifié.

Sa fête est célébrée le 2 septembre, on y a joint celle des Frères, martyrs des pontons de Rochefort, morts 2 ou 3 ans plus tard.

St. Salomon (Nicolas Leclercq)
Né à Boulogne, France, le 14 novembre 1745
Entré au noviciat le 25 mars 1767
Martyrisé le 2 septembre 1792
Béatifié le 17 octobre 1926

19/01/2011 : Investigation Diocésain (Caracas) « super miro »
03/03/2016 : Commission médicale
05/04/2016 : Congrès des Théologiens
05/03/2016 : Ordinaire des cardinaux et des évêques
09/05/2016 : Décret sur Martyre
16/10/2016 : Canonisation





 

This post is also available in: es en it