Chapitre Général des Carmes déchaussés

Chapitre Général des Carmes déchaussés

Du 30 août au 14 septembre 2021 s’est tenu à Rome le 92e Chapitre général des Carmes déchaussés. Il y avait 92 Pères présents, plus 11 autres personnes, dont des secrétaires, des traducteurs, etc.

Pour le Maison généralice, il s’agissait d’un événement important car il représentait la reprise des activités et l’accueil d’invités du monde entier. 

Pendant cette période de rencontre, les Prères ont élu un nouveau Prieur Général : le Père Miguel Márquez Calle, OCD, d’Espagne. Né en 1965, il est entré dans l’Ordre en 1983. Dans sa Province, il a été conseiller, professeur, formateur et provincial. Ont également été élus les Définiteurs (assistants) : les Pères Agustí Borrell (Province Ibérique), Pius James D’Souza (Province de Karnataka-Goa), Philbert Namphande (Malawi), Roberto-Maria Pirastu (Province d’Autriche), Chris Surinono (Indonésie), Martín Martínez Larios (Province du Mexique), Christophe-Marie Baudouin (Province de Paris), Jean-Baptiste Pagabeleguem (Côte d’Ivoire).

« Parmi les moments les plus importants du Chapitre, raconte le Père José Pereira, Secrétaire pour l’Information et l’Internet, il y a eu le temps d’écoute et de dialogue avec 9 jeunes confrères d’environ 40 ans (3 frères d’Europe, 2 d’Asie, 2 d’Afrique, 1 d’Amérique du Nord et 1 d’Amérique du Sud) qui, en une vingtaine de minutes chacun, ont partagé des défis ou des problèmes spécifiques à leur zone géographique, ainsi que des suggestions possibles pour la rénovation de l’Ordre. Un autre moment important a été l’écoute et le dialogue avec 4 de nos frères religieux, qui ont partagé la joie de leur vocation ».

« Au cours du Chapitre, nous avons également eu la révision des normes, c’est-à-dire la mise à jour d’une partie de notre législation ; et une Déclaration sur le charisme, c’est-à-dire untexte qui vise à clarifier certains points du charisme, à donner quelques orientations, dans un langage adapté au monde d’aujourd’hui. L’Ordre, en effet, étant présent dans tant de cultures différentes, doit avoir une attitude de renouvellement et de réforme, afin de ne pas être anachronique », a ajouté le Père José.

Malheureusement, la période de la pandémie a empêché la tenue de réunions ou d’initiatives « en direct » et a également eu un impact économique. Tout cela a rendu encore plus important le fait que les provinces des mêmes zones géographiques collaborent afin de partager leurs forces et leurs dons. L’un de nos défis est l’interculturalité, c’est-à-dire vivre dans des communautés où des Frères de différentes cultures et de différents pays vivent et collaborent ensemble. Un autre défi est de collaborer avec nos Sœurs et les laïcs et tous ceux avec qui nous partageons quelque chose ».

Le Père José conclut : « La pandémie nous a également rappelé, souvent sous une forme dramatique, à quel point nous devons prendre soin les uns des autres, en commençant par nos maisons et nos proches ».


Fondatrice et charisme

La naissance de notre famille religieuse et sa vocation sont étroitement liées à la vie spirituelle de Sainte Thérèse de Jésus (1515-1582), née à Ávila, en Espagne. Son expérience avec le Christ Jésus l’a conduite à réformer le Carmel, orienté vers la prière et la contemplation des réalités divines. À cette fin, elle a fondé le premier monastère de moniales déchaussées, à San José de Ávila. Les expériences mystiques ultérieures ont amené sainte Thérèse à vivre plus profondément la vie et les travaux de l’Église de son temps, en se tournant vers les missions pour unir la prière à l’activité apostolique. Pour réaliser cet idéal, Dieu a placé saint Jean de la Croix aux côtés de sainte Thérèse. Il est le Père et le modèle des Carmes Déchaussés.

Notre Constitution définit notre charisme comme suit : « Notre vocation est à l’origine une grâce divine, qui nous unit à nos frères dans une communion de vie et nous pousse à une communion ardente avec Dieu dans une existence où la contemplation et le zèle apostolique se fondent au service de l’Église. (…) Il correspond à la nature de notre charisme d’animer toute notre vie de prière et de consécration d’une intention apostolique et d’œuvrer sous de multiples formes au bien de l’Église et des hommes.

Aujourd’hui, il y a environ 4 000 Carmes déchaussées sur tous les continents.

Auteur : Père José Pereira, Secrétaire à l’information
Curie générale des Carmélites Déchaussées, OCD – Rome
www.carmelitaniscalzi.com
Facebook: Curia Generalizia Carmelitani Scalzi
Twitter: @ocdcuria
Instagram: Ocdinform

Édité par Ilaria Iadeluca
Directeur de la communication
Frères des Ecoles Chrétiennes – Rome