Un martyr lasallien martyr du 20e siècle

F. James Miller, FSC
Ellis (Wisconsin, USA), 21 septembre 1944
Huehuetenango (Guatemala), le 13 février 1982

F. Rodolfo Cosimo Meoli, FSC
Postulateur général des Frères des Écoles Chrétiennes
Maison Généralice, Rome


Le 7 décembre à Huehuetenango (Guatemala) sera célébrée la béatification du Frère James Miller, pour laquelle l’enquête diocésaine avait été ouverte en septembre 2009 et approuvée en 2018 par le Congrès des Théologiens, Cardinaux et Evêques qui a donné un avis favorable.

En la tarde del 13 de febrero de 1982, mientras los muchachos de la Casa Indígena La Salle de Huehuetenango (Guatemala) se preparaban para la celebración del carnaval, el Hermano intentó fijar una lámpara en la pared exterior de la casa. Subió a una escalera y empezó a trabajar. Apenas había comenzado, cuando tres personas llegaron desde una esquina de la calle. Uno de ellos le disparó en la garganta, el pecho y el lado derecho de su cuerpo. La muerte fue inmediata. La intervención de los jóvenes que habían oído los disparos fue infructuosa.

Dans l’après-midi
du 13 février 1982, alors que les garçons de la Maison Indígena La Salle de
Huehuetenango (Guatemala) se préparaient pour la fête masquée du lendemain
(Carnaval), le Frère essayait de fixer une lampe au mur extérieur de la maison.
Grimpé sur une échelle il s’est mis au travail. Il venait juste de commencer,
quand trois personnes sont arrivées d’un coin de rue. L’un d’eux lui a tiré
dans la gorge, la poitrine et le côté droit. La mort a été immédiate.
L’intervention des garçons qui avaient entendu les coups de feu était inutile.

On n’a jamais su
qui étaient les meurtriers, aussi parce que les témoignages de ceux qui avaient
assisté à la scène étaient confus et contradictoires.

James Miller ou
 » Hermano Santiago « , comme l’appellent les Lasalliens d’Amérique
Centrale est né le 21 septembre 1944 à Ellis, une petite ville du Wisconsin,
dans le nord des États-Unis. Il a grandi dans une bonne famille, avait un
caractère joyeux et épanoui ; il était simple et enthousiaste, plein
d’énergie, infatigable dans son travail. Il a fréquenté l’école primaire de son
pays, puis le lycée Pacelli à Stevens Point, dirigé par les Frères des Écoles
Chrétiennes. C’est là qu’il a eu sa vocation.

Il est entré dans
la Congrégation des Frères des Écoles Chrétiennes en 1959. La formation
intellectuelle et religieuse a eu lieu d’abord à Glencoe, où était la maison de
formation des Frères, puis à l’Université Saint Mary’s de Winona. Après sa
profession religieuse en 1969, il décide de quitter les Etats-Unis et de partir
en mission. Son engagement missionnaire a commencé au Nicaragua. Il y est resté
jusqu’en 1980. Il a été particulièrement actif, surtout lorsqu’il était
directeur responsable du collège Cristóbal Colón, propriété du gouvernement,
mais dirigé par les Frères. Ses capacités remarquables lui ont donné du
prestige aux yeux des dirigeants locaux, à tel point qu’ils lui ont confié la
tâche de construire dix écoles rurales. Il a traité non seulement avec les
politiciens locaux, mais aussi avec les membres du gouvernement et avec le
président Somoza lui-même.

Les choses ont
changé lorsque Somoza a été éjecté du pouvoir et a dû abandonner la direction
du pays. Les supérieurs à ce moment-là ont appelé le Frère Santiago de retour
aux Etats-Unis. Il n’y resta qu’un an, mais toujours avec le cœur et l’esprit
dans cette terre de mission. En fait, il a demandé à revenir. Au début de 1981,
ses supérieurs acceptèrent son départ, mais ils l’envoyèrent au Guatemala, dans
la ville de Huehuetenango, au Centre Indigène La Salle, une école composée
uniquement des enfants de la campagne.

Cela faisait tout
juste un an qu’il était arrivé quand, le 10 février 1982, le père d’un des
Frères autochtones du Guatemala s’est rendu au Centre pour avertir qu’il avait
entendu dire que quelqu’un préparait le meurtre du Directeur adjoint. Le Frère
James, ayant déjà vécu des situations difficiles au Nicaragua et pensant qu’il
ne pouvait pas être la cible, continua son travail jusqu’au 13 février 1982.

La fête liturgique aura lieu le 13 février,
jour de son martyre.

En juin 2019, son corps a été exhumé et placé dans la petite église de Saint Martin à Ellis, non loin de son lieu de naissance. Ce sera le sanctuaire qui lui sera dédié.


05/09/2009 : Ouverture de l’enquête diocésaine à Huehuetenango – Serviteur de Dieu

15/12/2009 : Nihil Obstat du Saint-Siège

09/07/2010 : Décret de validité de l’enquête diocésaine
Rapporteur : P. Zdzislaw Kijas, OFM Conv.

16/12/2016 : La « Positio super martyrio » est soumise à l’avis des 9 Consultants Théologiques.

20/03/2018 : Congrès des Théologiens – Tous donnent un vote positif

02/10/2018 : Opinion des cardinaux et des évêques – Tous donnent un vote positif

08/11/2018 : Décret « Super Martyrio »


(Texte original librement modifié par Ilaria Iadeluca, Directrice de la Communication, Institut des Frères des Écoles Chrétiennes, Rome)



Para saber más:

Casa Indígena La Salle en Huehuetenango (Guatemala)


Distrito Centroamérica-Panamá


RELAN – Région lasallienne de l’Amérique du Nord


Brève biographie du Frère James Miller


Sainteté lasallienne