Ils se sont réunis avec le Frère Supérieur général

Ils se sont réunis avec le Frère Supérieur général

Avec le virtuel, les frontières géographiques ont disparu et des possibilités de rencontre ont été créées. Dans cette intention et avec le désir de se sentir de plus en plus partie prenante d’un grand réseau, les Frères de la région d’Amérique latine nous nous sommes réunis mois après mois pour nous encourager et nous accompagner mutuellement en ces temps d’incertitude.

Carlos Pinto-Corredor, FSC.

Le samedi 30 janvier, jour de la fête lasallienne de Saint Mutien Marie, sous la direction de la Commission des Jeunes Frères de la RELAL, une rencontre a eu lieu, entre le Frère Robert Schieler, Supérieur Général des Frères des Ecoles Chrétiennes, et 70 jeunes Frères qui ont participé à la rencontre en ligne. Ce fut une occasion particulière de recevoir ses salutations, d’entendre sa motivation et, bien sûr, les réponses et réflexions à toutes les questions qui se sont posées. La réunion était modérée par le Frère Andrés Caballero du district de Bogota.

Le Frère Bob Schieler a commencé son message en partageant avec joie et espoir la nouvelle ouverture d’une communauté dans la commune de Molenbeek en Belgique. Cette nouvelle communauté s’inscrit dans le cadre des initiatives « au-delà des frontières » menées par l’Institut.

Une partie de son message nous invitait à nous souvenir du Synode de la jeunesse, dirigé par le Pape François en 2018. À cette occasion, de nombreux jeunes Frères envoyèrent au centre de l’Institut leurs rêves et leurs espoirs qui ont été une source d’inspiration pour les réflexions que le Pape François a envoyées à l’Église universelle dans son Exhortation Apostolique Christus Vivit. Plusieurs idées ont ensuite été exprimées par le Frère Robert.

Tout d’abord, il a souligné qu’il ne fallait pas décourager les jeunes, car la jeunesse est destinée à rendre de grandes choses possibles. Et deuxièmement, que les jeunes veulent offrir le meilleur d’eux-mêmes pour construire quelque chose de mieux. C’est pourquoi nous devons les accompagner pour qu’ils assument le monde en faisant face aux nouveaux défis de l’époque actuelle.

Le regard fixé sur l’écran, nous avons examiné ces mots avec espoir car ils prennent maintenant plus de sens avec la réalité à laquelle l’humanité est confrontée en raison des différentes réalités que le coronavirus a révélées dans notre société. Dans cet ensemble de réalités, le Frère est appelé à être l’espérance pour les autres et d’une manière spéciale pour les enfants et les jeunes confiés à ses soins, a exhorté le Frère Supérieur.

Résilience et solidarité

Au fil de sa réflexion, il a mis en évidence deux mots clés à garder à l’esprit. Résilience et solidarité. « Ces deux mots ont maintenu la mission lasallienne dans le monde« , a dit le Frère Supérieur, ajoutant que les Directeurs des écoles, les enseignants, les Frères, les familles et les autres collaborateurs ont maintenu une attitude créative et ont continué l’accompagnement des enfants et des jeunes là où nous sommes présents, face aux difficultés des temps que nous vivons.

Il a fait remarquer avec joie que nous sommes tous solidaires pour soutenir la mission de l’Institut et il nous a invités, en tant que jeunes Frères, à continuer à être créatifs dans notre accompagnement car il y a beaucoup d’expériences qui ont été facilitées par le virtuel et surtout par les réseaux sociaux. Les réunions mensuelles des jeunes Frères de la région lasallienne d’Amérique latine en sont un exemple.

Dans la ligne de nombreux autres événements en virtuel, nous avons accompagné des adolescents en situation de risque, des séminaires virtuels sur le racisme dans une perspective lasallienne, des dialogues universitaires, des conférences, ainsi que des écoles virtuelles de formation et d’étude des documents de l’Institut et de la spiritualité lasallienne. De plus, par un message d’encouragement, le Frère Supérieur général nous a encouragés à ajouter à cette liste d’expériences virtuelles l’initiative du Réseau international des jeunes lasalliens de créer une Communauté mondiale en ligne avec le projet INDIVISA MANENT. Ce projet vise à créer un réseau de jeunes centrés sur le service et la fraternité et à partager nos initiatives les uns avec les autres afin de construire un monde meilleur.

Nous, Frères, sommes des bâtisseurs de fraternité dans le monde.

Une partie de la réflexion a porté sur la vie des Frères en communauté. Il nous a donc rappelé qu’en tant que Frères, nous devons partager les joies et les frustrations de notre vie. « Nous savons que notre vie est fragile, mais nous sommes appelés à être des signes prophétiques de fraternité dans le monde », a affirmé le Frère Schieler. Cet élément, qui fait défaut dans de nombreuses parties de notre société aujourd’hui, doit nous appeler à partager ce que nous sommes et à en témoigner.

La vie des Frères apporte une réponse à ce qui manque à notre société. Mais c’est surtout aux opprimés, aux oubliés et aux faibles que nous sommes appelés à offrir ce modèle concret de communauté. Nous avons l’obligation d’être des signes crédibles qui inspirent les autres, nos frères et sœurs en humanité, a déclaré le Frère Supérieur.

Sachant que l’Assemblée Internationale des Jeunes Frères de l’Institut aura lieu au mois d’octobre, il nous a rappelé que nous ne pouvons pas rester silencieux mais que nous devons nous soucier des besoins et des souffrances de notre monde post-moderne. C’est ce que signifie être témoin de la fraternité.

Il nous a ensuite invités à nous sentir partie intégrante de ce réseau mondial de jeunes Frères pour réfléchir à la pauvreté, aux phénomènes migratoires, au racisme, à la violence et à la souffrance que connaît notre monde. « Nous devons regarder le monde et répondre aux besoins des autres », a insisté Frère Robert.

Clairement, dans sa réflexion, il a souligné que nous sommes appelés à transformer la vie des autres en les accompagnant sur le chemin de la maturité à l’âge adulte. Et cet accompagnement, nous le faisons en nous accompagnant les uns les autres pour être des disciples mûrs de Jésus-Christ destinés à être attentifs aux plus vulnérables.

Avec un message de gratitude envers les jeunes Frères pour leur vie et leur mission, il nous a rappelé que nous avons cet engagement et cette responsabilité.

Quelle est votre espérance et quel est votre rêve pour les jeunes Frères ?

Voici quelques-unes des réponses du Frère Robert Schieler :

« Répondre à la mission là où les besoins sont importants ».

« Je rêve de disciples mûrs. Nous sommes des disciples lorsque nous sortons de notre zone de confort. Un petit pas hors de la zone de confort peut accomplir de grandes choses et de grands changements. C’est ainsi que nous mûrirons dans notre vie d’hommes et de femmes consacrés ».

« Je rêve d’expériences où de jeunes Frères peuvent faire du bénévolat ensemble ». (Comme c’est le cas pour la nouvelle communauté en Belgique où des Frères d’Inde, du Burkina Faso, des Philippines et de Colombie se réunissent pour servir).

À quoi il a ajouté une invitation à se préparer à la nouvelle normalité incertaine en lisant le Pape François. Il nous a invités à prendre au sérieux la vie communautaire et spirituelle. Et il nous a rappelé que la mission, la consécration et la communauté sont essentielles pour grandir dans notre vie spirituelle et construire une vie de prière.

Enfin, il nous a demandé de nous inspirer des derniers documents de l’Institut. D’un ton enjoué, il nous a demandé de ne pas laisser ces documents prendre la poussière. Il nous a demandé de les lire comme une source d’inspiration pour les traduire en actions concrètes.

NOUS SOMMES FRÈRES !

La réunion s’est terminée par une série de questions ouvertes pour partager la vie et la fraternité. Une série de réunions de formation mensuelles a été annoncée par la commission des jeunes Frères de la RELAL.

Ces réunions virtuelles auront lieu au cours du premier semestre 2021. À travers elles, nous voulons consolider le réseau des jeunes Frères de la Région lasallienne d’Amérique latine et inclure tous ceux qui ont un cœur jeune et qui sont prêts à participer à ce miracle.

La réunion s’est terminée par une photo avec le hashtag #TestigosDeLaFratenidad en union avec la devise de l’Assemblée internationale des jeunes Frères 2021 et par le lancement d’une vidéo expliquant le réseau des jeunes Frères appelé  » Jeunes FSC RELAL ».  

Dans le contenu de la vidéo, on a pu remarquer un message plein de passion et d’espoir pour continuer à trouver des occasions de revitaliser notre vocation et notre mission.

La grande conclusion : NOUS SOMMES FRÈRES !